• Un homme d’une cinquantaine d’années s’est suicidé dans le hall d’une école primaire privée, jeudi 16 mai à Paris, à l’aide d’un fusil à canon scié, choquant une dizaine d’enfants à l’établissement selon plusieurs sources, «a pénétré de force dans le hall» de l’école à 11h30,  précisant que deux adultes avaient tenté de l’en empêcher, sans succès.

    Il s’agirait de gardiennes de l’école, Les enfants présents ont été pris en charge pour un suivi psychologique par le Samu. Les autres ont été progressivement évacués.

    De source proche de l’enquête, l’homme, très agité, n’est pas entré par la cour principale mais dans un bâtiment en brique adjacent, de cinq étages, d’où il a accédé directement au hall.

    Un fusil et quelques papiers à la main, il s’est dégagé des deux personnes qui tentaient de le neutraliser avant de placer le canon de son fusil sous sa mâchoire. Il a tiré et est mort sur le coup, la décharge ayant fait éclater une partie de sa tête, a précisé cette source.

    Les enquêteurs n’avaient pu immédiatement établir son identité, ni les raisons qui l’ont poussé à ce geste dans l’enceinte de cet établissement privé catholique sous contrat avec l’Etat.

    Souces et crédits: Libération


    2 commentaires

  • Attentats de Boston : les images de l'explosion... par lemondefr

     

    D’importantes explosions ont eu lieu à la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Le président Obama a promis que les auteurs du carnage devraient « rendre des comptes ». Trois personnes sont mortes dont un enfant de 8 ans et des centaines blessées.

    La police de Boston a précisé que des « engins puissants » étaient à l'origine des déflagrations.

    Une troisième explosion s'est produite quelques minutes plus tard à la bibliothèque présidentielle John F. Kennedy, à Columbia Point, laissant croire qu'elle était reliée aux deux premiers incidents. La police locale a cependant démenti cette information, affirmant que l'explosion était plutôt liée à un feu. On ne rapporte pas de blessés.

    Au cours de l'après-midi, les médias ont montré des rues jonchées de débris et de nombreux secouristes portant des brancards. Plusieurs images de personnes ayant perdu des membres ont circulé sur Internet.

    Des témoins décrivent des scènes d'horreur. « Ils ont juste commencé à amener des personnes sans jambes », se souvient le coureur Tim Davey, qui a passé quelque temps dans une tente médicale transformée en salle de triage.

    Le président américain Barack Obama a aussitôt réagi, donnant l'ordre de prendre toutes les mesures nécessaires pour enquêter sur les événements et renforcer la sécurité. Le chef d'État a également téléphoné au maire de Boston, Tom Menino, ainsi qu'au gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, pour leur offrir l'assistance du gouvernement fédéral.


    5 commentaires
  • Après l'affaire du ministre du budget, il ne faut pas oublier les autres actualités !

     

    Suicide

    Rehtaeh Parsons est morte dimanche dernier à Halifax, en Nouvelle-Ecosse, après une agonie de trois jours. La jeune fille de 17 ans s'est suicidée après la circulation sur internet d'une photo d'un viol lors d'une soirée arrosée deux ans plus tôt. Elle avait alors 15 ans. Sa mort a causé une grande émotion au Canada. La belle jeune fille rousse ne quitte plus les écrans de télévision. Et une pétition en ligne demandant en substance la réouverture de l'enquête - à l'origine classée sans suite par la police "faute de preuves suffisantes" - a recueilli plus de 70.000 signatures en quelques jours. L'un des quatre garçons soupçonnés d'y avoir participé, avait pris une photo qui avait commencé à circuler parmi les élèves quelques jours plus tard. Rapidement, la jeune fille avait tout raconté à sa mère. Mais l'enquête policière, qui a duré près d'un an, n'a pas permis de réunir des preuves suffisantes pour inculper les responsables : il n'y avait que sa parole contre celles de ses  agresseurs, a confirmé un porte-parole de la police après la mort de la jeune fille. Selon sa famille, on lui a déclaré que la prise d'images que Rehtaeh avait subi n'était pas en soi un délit.

     

    Anonymous

    "Cela nous a pris seulement quelques heures pour identifier les garçons ayant attaqué Rehtaeh et ce n'était pas une opération de haute technologie", déclarent pourtant les pirates informatiques, dénonçant "l'incompétence" des enquêteurs concernés qui "devraient passer le reste de leur carrière comme gardiens dans un zoo". Selon eux, les violeurs présumés auraient évoqué leur forfait en public. "Ce que nous avons appris est affligeant ", affirme Anonymous sur Twitter. La mère de Rehtaeh a demandé mercredi que les gens qui lui avaient adressé des messages annonçant des représailles contre ces quatre garçons s'abstiennent de toute violence, laissant la justice suivre son cours.  La cyber-intimidation avait  suivi, et à l'école certains jeunes la traitaient de "pute". Les Parsons avaient déménagé, mais sans aller très loin et le calvaire de la  jeune fille s'était poursuivi. "On ne la laissait jamais tranquille", a dit sa mère citée par la chaîne publique CBC. "Ses amis étaient contre elle, des garçons inconnus lui envoyaient des textos et des messages sur Facebook pour lui demander de coucher  avec eux... puisqu'elle l'avait fait avec leurs copains

     

    Amanda Todd

    L'affaire a rappelé aux Canadiens le suicide très médiatisé d'Amanda Todd, survenu en octobre dernier dans l'ouest du pays, à l'âge de 15 ans. Un prédateur l'avait incitée à lui montrer sa poitrine via une webcam,  puis, ne pouvant obtenir davantage, avait affiché sa photo sur internet. Cible  aussi de messages d'intimidation sur Facebook, venant apparemment de ses camarades d'école, c'est sur internet qu'elle avait lancé son dernier cri de détresse, en affichant une série de cartons décrivant en quelques mots son  calvaire. Sa mère, Carol Todd, a envoyé un message de soutien à la mère de Rehtaeh Parsons.

     

    Lien source


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique